Faut-il critiquer pour être un bon blogger pub ?

La semaine dernière, @centelm a publié un article sur Influencia et son blog personnel intitulé « Le problème des blogs publicitaires ». Je dois avouer que quand j’ai vu le titre apparaître dans ma TL j’ai un peu flippé en mode parano : allais-je me sentir visée par ses propos ? Mon égo y survivrait-il ? Bon ok, je ne définis pas mon blog comme un blog de pub – c’est beaucoup plus le bazar que ça – mais c’est ça qui est beau avec la parano : j’étais tout de même inquiète en cliquant sur le lien…
A la lecture de l’article je me suis sentie rassurée. @centelm parle avant tout de blogs étudiants qui commencent petits et sincères et grossissent jusqu’à devenir influents et hypocrites. L’influence étant le moment où tout dérape d’après lui car avec les cadeaux RP – et accessoirement la vie professionnelle qui arrive -, l’objectivité se perd trop souvent en chemin… Le papier a déclenché tout plein de trucs qui se sont mis à se balader dans ma tête alors je me suis dit que j’avais besoin de rédiger un billet pour les organiser. Et hop.

  1. Actu et analyse

Commençons direct les pieds au fond du plat en disant que je suis d’accord avec le point de vue de Clément : les blogs de pub étudiants sont parfois complaisants et manquent de fond, d’analyse (tavu, ça dénonce sévère par ici hein, roh!!!). Ils ont beau être lus et suivis par des communautés de taille extrêmement impressionnante, cela ne va pas toujours chercher très loin… Ce propos peut paraître méprisant et condescendant de la part de l’obscur blogueur que je suis mais détrompez-vous ce n’est pas du tout ce qui m’anime. Simplement, les bébés blogueurs évoqués dans l’article et bien souvent leurs lecteurs eux-mêmes sont… des bébés !
25 ans d’expérience feront toujours la différence*pas sûre que ça dise quelque chose à nos blogueurs bébés ou ados ou leurs lecteurs et c’est bien ça le problème. Car l’expérience et la culture pub aident à asseoir l’analyse.  Quand on en manque… ça manque !

2. La question du rythme et de la croissance

Quand on blogge et que ça commence à marcher, on kiffe. On en veut toujours plus, c’est trop bien ! Et quand on traite de pub, assez rapidement se pose la question du rythme. Car des nouvelles pubs il y en a tous les jours. Plusieurs fois par jour. Plusieurs fois par heure, surtout si on pige aussi l’international. Alors on fait quoi ? On sélectionne juste celles qu’on aime ? On sélectionne celles des grandes marques ? Des grandes agences ? Celles dont on reçoit les communiqués de presse ? La réponse à la question n’est pas simple, surtout quand on a accessoirement une autre activité à côté. La tentation est grande de couvrir l’actu dans l’urgence, en essayant d’être le premier. Et plus on va vite, moins on va profond (…). C’est bien plus facile de mettre un lien vers le film avec un petit paragraphe de commentaire que d’écrire un article de 1000 mots pour lequel de toutes façons on n’a pas toujours la matière. Alors oui, souvent, les blogs de pub se la jouent Galerie des Glaces et mettent tous en avant les mêmes sujets avec le même contenu. A cette critique toutefois, les médias pros ne dérogent pas eux non plus. Leur différence c’est qu’ils n’oublient pas de proposer aussi des articles de fond, pour lesquels ils passent du temps et font des recherches. Il faut dire que c’est leur métier, ils ont le temps, forcément ça change la donne.
Je pense qu’il s’agit là d’un des plus gros risques des blogs étudiants ou communautaires en forte croissance (et que ce risque dépasse largement celui de la communauté publicitaire seule) : entrer dans la spirale de l’actu et oublier que ce qui a fait le succès du blog au départ, c’est les points de vue et analyses qu’il proposait.

3. Du non-intérêt d’écrire sur des choses inintéressantes

Dans son article, Clément déplore qu’au fur et à mesure que le blog croît, ses auteurs ne critiquent plus et affadissent leurs propos si spontanés et sincères à leurs débuts. Or d’après lui c’est par la critique qu’on apprend à juger le travail des autres. Alors ce reproche est à mes yeux TRES intéressant et me renvoie à d’autres débats que j’ai pu avoir sur la Twittosphère. Apprend-on l’art en étudiant des croûtes ? La littérature en lisant du Harlequin ? L’architecture en faisant une thèse sur Kaufman&Broad ?… (bon je sens que vous avez compris ma métaphore, dommage car je l’aurais bien filée encore un peu…). Bref, est-il vraiment utile de donner de la visibilité à Volvic Juicy et sa campagne avec Julien Lepers ou ne vit-on pas tous mieux en la passant sous un silence exaspéré et en se concentrant plutôt sur des campagnes qui nous épatent ? Il bien plus difficile de faire « bien » que de faire « mal », alors parlons des meilleurs et laissons le reste pour l’apéro du vendredi soir entre potes.

4.  Qui on est pour critiquer le boulot des autres ?

Parlons nous franchement : le publicitaire n’est pas un artiste, il vit dans un système capitaliste bourré de contraintes, mais alors bourré ! Alors oui parfois on se dit face à certaines pubs que c’est naze, raté, pourri (souvent même, à bien y réfléchir). Mais même en oubliant le point précédent, je trouve ça plutôt sain que les blogs étudiants ne soient pas assassins quant au travail des publicitaires sur lesquels ils écrivent. Car ils ne pratiquent pas encore le milieu et ses contraintes. Les confs calls d’1H30 pour décider du stylisme de la planche du tag 3″ noisettes, les « le client a adoré votre idée mais c’est trop segmentant, ils partent sur l’adaptation du film polonais finalement » ou autres « le packshot doit durer 5″, c’est une contrainte de l’international et c’est non-négociable », j’en passe et des meilleures, ou des pires, menfin des qui-vous-plombent quand c’est votre boulot tous les jours. Soyez certains que quand le blogueur n’aime pas, le publicitaire n’aime pas lui non plus. Simplement il y a souvent passé 6 à 12 frustrants mois, 18 s’il a tiré le gros lot. Alors avant de lancer les tomates… on fait comme grand-mère nous a appris et on tourne 7 fois sa langue dans sa bouche.

5. Est-ce vendre son âme que de recevoir des communiqués de presse ?

Bien sûr qu’il a raison Clément, quand il dit que le blogueur se ramollit à force d’être caressé dans le sens du poil ! Maintenant il est possible que Clément ait un tout petit peu grossi le trait : le blogueur n’est pas forcément un petit opportuniste qui râtisse à tous les opens bars. Le plus souvent il réagit juste comme un être humain qui a rencontré d’autres être humains, dialogué avec eux, et du coup qui n’a pas forcément envie de les enfoncer quand il n’aime pas ce qu’ils font. D’ailleurs je serai étonnée qu’il en soit autrement avec les journalistes…
Alors le blogeur star se fait plus neutre qu’il n’aurait dû l’être sur un sujet… c’est vrai que ce n’est pas glop. C’est vrai que c’est à éviter. Mais rassurez moi : les lecteurs ne sont pas arrosés par les RP eux non ? Ils sont pourvus d’un cerveau ? Ils ont un avis ? Alors ouf, nous voilà sauvés : ils vont pouvoir réfléchir par eux mêmes ! On parle de pub, pas de géopolitique au Moyen-Orient ou de toxicité du lait de vache : ils devraient être capables de se faire une opinion.

Pour conclure, merci à Clément qui m’a permis cette réflexion sur le blogging et mon blogging :
– c’est pas demain la veille que je ferai de l’actu systématique de pub car j’ai un boulot à temps plein à côté. Donc je vais continuer à sélectionner mes sujets un peu par coup de coeur, un peu par collision avec une thématique, un peu par temps dispo, bref sans aucune logique. Je le savais déjà, maintenant vous aussi.
– les Français adorent critiquer mais il y a suffisamment de choses chouettes à mettre en avant pour ne pas perdre de temps à discuter de choses pas réussies. Alors jouons-la nous un peu plus à l’Américaine, il se pourrait peut-être même qu’on en sorte grandis.
– Si à ce stade de l’article il reste des étudiants dans la page, je les invite chaleureusement à découvrir la presse pub pro qui complètera aimablement les blogs étudiants qu’ils aiment à lire. J’en cite quelques uns dans cet article.

NB : Figurez vous que pour la première fois mardi je vais une soirée RP de lancement du nouvel opus d’une campagne de pub très très célèbre… Promis je ne vous en parlerai que si j’ai des choses intéressantes à vous dire dessus, obligée après un tel article !  (et pis si j’ai le temps aussi, ça compte le temps, vous n’imaginez même pas).
#cliffhanger

*fichue signature dont Nutella nous a bassiné les oreilles pendant des décennies. Enfin au moins une.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. les cyclistes dit :

    la meilleure critique selon moi consiste à ne rien dire mais à faire mieux que les autres …

Un commentaire ? C'est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s