Communautés et communication digitale : erreurs à ne pas faire, via l’exemple des Golden Blog Awards

Vous êtes peut-être passé à côté, mais le microcosme des Bloggers a été animé en novembre dernier par l’organisation d’un des rares événements d’envergure en la matière : la 6ème édition des Golden Blogs Awards (#GBA6). Comme de nombreux autres j’y ai participé, et ce qui partait comme un concours joyeux et décomplexé – l’important c’est de participer – s’est transformé en une succession d’approximations et de mépris de ses publics m’ayant laissée, moi et bien d’autres, assez remontée. En fait, plus j’y repense plus je suis soufflée par l’absence de transparence de l’événement, sans doute l’erreur la plus grave qu’une organisation ou une marque puisse commettre envers ses publics depuis l’avènement des réseaux sociaux. Ce serait presque risible tellement c’est affligeant, surtout venant de la part de professionnels du marketing et du digital comme le sont les organisateurs.

D’autres blogeurs ont avec talent et avant moi détaillé les errements regrettables de l’organisation cette année. N’hésitez pas à parcourir entre autres :
Les Dessous des Golden Blog Awards 2015 – du procrastinateur
Les Golden Blog Awards 2015 – cette blague – de Janis en Sucre
Classement, RP et autres awards : les blogeurs pas forcément à la fête – du BrandNewsBlog

Du coup plutôt que d’être dans la redite de ces articles, ce qui anime ma réflexion c’est à quel point cet événement nous rappelle quelques règles simples mais tellement incontournables en 2015-bientôt-2016.

1/ on ne peut pas faire les choses en amateur…

On est en 2015, les gens savent lire et relever les incohérences. Même si on organise un petit jeu concours de rien du tout sur sa page Facebook, il y aura toujours quelqu’un pour relever vos erreurs ou omissions… et le dire haut et fort. A plus forte raison quand on se la joue « plus gros événement de blogueurs en France » avec soirée à la Mairie de Paris et tout et tout… please messieurs-dames, un peu de professionnalisme ! On respecte les dates annoncées, on ne fait pas figurer un huissier dans son règlement s’il n’y en a pas, on ne change pas unilatéralement les participants de catégorie en cours de concours, etc etc. Bref on verrouille et les choses sont carrées car n’en doutez pas : ça se verra.

2/ … ni se passer de transparence:

Cultiver la boîte noire est redoutable. Cela induit une suspicion insupportable sur tout, y compris sur des choses qui ne le méritent peut-être pas.
Si on a promis à toute la communauté qu’on communiquerait les votes, et bien on le fait. Ca prend le temps que ça prend, mais on le fait. On répond aux emails, on répond aux interpellations sur les réseaux sociaux. C’est la base, c’est encore plus indispensable quand on est mis en cause.
Sinon, au moment où pleuvent des accusations de votes truqués, de résultats tronqués, de catégories modifiées, tout le palmarès en vient à être suspect. Tant d’énergie et tant de moyens déployés pour organiser un événement qui vise à être une référence, et zéro crédibilité au final ? Y’a pas à dire c’est dommage…

3/ on ne peut pas manquer de respect à ses publics (aka : on ne prend sa communauté pour des cons)

« If it’s free then you’re the product. »  OK, on a compris. Le 10 novembre, à l’hôtel de ville, le champagne était gratos. D’accord.
Faut dire qu’on était au moins 500 (?) bloggers à avoir hashtaggagé quotidiennement et plusieurs fois par jours #GBA6 pendant 4 longues, très longues semaines.  A avoir saoulé nos followers, nos fans, nos familles, dont tous n’étaient pas, loin s’en faut, nos lecteurs. C’était pénible.
Et comme on n’est pas stupides on sait très bien que toutes ces mentions feront de beaux gros chiffres sur les slides des organisateurs lorsqu’ils iront démarcher des annonceurs pour l’édition N°7. Non, on n’est pas naïfs. On a compris que tout ça c’était qu’une histoire de brousoufs, et malheureusement certainement pas pour la beauté de l’art.
Mais vu qu’on en est la matière première, on aurait apprécié que les règles du jeu soient respectées et que les organisateurs nous traitent avec transparence et respect.
Parce que le résultat, c’est qu’après l’enjouement du départ on est assez nombreux à avoir juste envie de leur pourrir la réputation. Plutôt contre-productif encore une fois non ?

Alors voilà. Magistral loupé cette année d’une organisation qui n’a pas pour excuse sa jeunesse (c’était la 6ème édition et certains de ses défauts sont pointés du doigt depuis plusieurs années déjà) et devra savoir évoluer si elle tient vraiment à mériter le statut qu’elle vise.
Et pour nous, demain, qui auront peut-être à mobiliser une communauté, qu’il s’agisse d’un concours modeste à petite audience ou d’un prix plus ambitieux de quelque sorte que ce soit, gardons donc en tête ces quelques règles basiques mais tellement importantes pour éviter le fiasco.

Je vous laisse pour finir sur quelques extraits de réactions sur la page Facebook de l’organisation aux lendemains du palmarès. Quel dommage qu’ils aient laisser les choses se déliter ainsi.
Mais avant cela, j’en profite pour remercier ici tous ceux qui ont voté pour moi pendant ces 4 semaines. Au final, je ne sais pas où nous sommes arrivés, mais merci mille fois à vous pour votre précieux soutien ;-).

Commentaires FaceBook Golden Blog Awards 2Commentaires Facebook Golden Blog AwardsCapture d’écran 2015-12-06 à 19.23.41Commentaires Facebook Golden Blog Awards 3

 

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. C’est un concours de popularité dont les marques sont juges, le vote des fans n’est qu’un premier filtrage, si tu ne passes pas les critères quanti on t’oublie, c’est la dure loi du marché, et c’est oublier toute la créativité des microcommunauté autour de milliers de petits blogs. Quantité et qualité, les deux extrêmes qu’il faut réunir et ensuite fêter ça au champagne !

    1. mheberard dit :

      Merci Séverine. Peu importe les règles de jugement même si à mon sens le système employé n’est pas celui qui apporte la meilleure crédibilité au prix (cf les festivals et prix où un jury professionnel a effectué une pré-sélection qui est ensuite soumise au vote du public. Ou encore les prix et festivals où le vote du public est une catégorie à part).
      En revanche ce qui est impardonnable dans le cas des GBA en tous cas cette année, c’est la manière dont les organisateurs ont changé les règles en cours de route, fait preuve d’amateurisme sur de nombreux points et surtout pratiqué la boîte noire et répondu par du silence à leur communauté. Je suis sûre que l’organisateur passe ses journées à expliquer aux clients de son agence qu’il faut faire preuve de transparence envers sa communauté. Il en est pourtant bien incapable. Bonne journée.

Un commentaire ? C'est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s