Apologie du temps sur le web social

C’est quand même fou quand on y pense : il y a 3 ans, Free n’avait pas lancé Freemobile et Nokia était encore leader du marché des téléphones mobiles. 80% de la population française n’avait pas de smartphone alors qu’aujourd’hui 50% en a. On pourrait décliner à l’infini ces exemples qui prouvent jusqu’à plus soif l’accélération extraordinaire qui s’opère à l’ère du digital – ce paradigme qui veut que ce qui prenait des années peut être bouleversé en quelques mois maintenant.

The times they are a changin'

Et pourtant.

Quand on y regarde de plus près, tout n’est pas immédiat sur le digital.
Ici comme ailleurs, le temps qui passe est primordial, surtout quand on est sur le terrain du web conversationnel.

Le temps d’apprendre

Je me souviens de ma frustration lorsque je me lançais sur Twitter à lire des articles qui disaient: « il faut au moins 1 an pour comprendre Twitter ». 1 an ! Mais je n’avais pas 1 an moi ! Je voulais exister vite, tout de suite. On est à l’ère et sur le média de l’immédiateté, oui ou oui ?Monsieur pressé

Force me fut de constater qu’au bout d’un mois, c’était sueur au front que je célébrais mon maigre 20ème abonné…. Un an plus tard, il me fallut sur un autre compte seulement 2H pour atteindre le même palier, et 6 mois pour dépasser les symboliques 1000. L’anecdote confirme tout simplement que les articles avaient raison : il m’avait bien fallu 12 mois pour comprendre comment ça marchait et savoir à ma petite échelle mettre en oeuvre les bonnes actions. Que je le veuille ou non.

Construire sa stratégie de communication marche par marche

Oasis. Oreo. Wendy’s. Autant d’exemples de marques maîtrisant la communication digitale, et régulièrement citées en exemples et « best practice ». On oublie trop souvent que leurs succès ne se sont pas construits en un jour.Montage Pretzel Love Songs

Si aujourd’hui Oasis cumule plus de 8M de vues sur sa série « l’effet Papayon », c’est parce que cela fait 5 ans que la marque travaille la relation avec sa communauté sur les médias sociaux. Elle propose des contenues variés, de qualité, répond et interagit, tissant tant et si bien des liens que ses fans et autres followers deviennent ses meilleurs ambassadeurs. Il y a fort à parier que quand la page Facebook a été ouverte il y a environ 4 ans, personne dans la société ne pouvait soupçonner ce qui se passerait par la suite.

Intégrer la mécanique relationnelle

Changer d’école, changer de travail, changer de ville. On a tous fait l’expérience de démarrer dans une nouvelle communauté à partir de zéro.

Le nouveau de la classe

En fonction des personnes l’adaptation se fait plus ou moins rapidement. Mais quoiqu’il arrive on mesure bien à l’âge adulte qu’une relation de 3 mois ou une relation de 10 ans, ce n’est tout simplement pas la même chose.

Sur le web social c’est pareil : les relations que les marques entretiennent avec leurs consommateurs, fans ou autres followers, sont des relations qui se construisent et se bonifient (enfin normalement) progressivement. Il est donc inutile d’espérer en quelques semaines y récolter les fruits durables d’une initiative. D’autant plus que les entreprises partent avec un handicap : personne ne les attend voire elles importunent les gens. Autre point : il n’y a rien de plus éphémère que la valeur d’un like. Aussitôt donné, aussitôt oublié. Et ça fonctionne de la même manière pour un ‘buzz’ : face à la fulgurance du web qui peut amplifier un contenu – bon ou bad – à une vitesse remarquable, c’est aussi à une fulgurante rapidité que celui-ci quitte les esprits, à quelques exceptions près. Pour que les gens soient touchés durablement par les activités digitales d’une marque, c’est bien durablement qu’ils doivent être « travaillés ». Touche par touche les actions finissent par installer/ modifier/ construire un sentiment vis à vis de la marque.
Et progressivement le cercle peut devenir vertueux.

D’où la cruciale question du ROI

Comment mesurer une stratégie de brand content, l’efficacité d’un département réseaux sociaux, la politique d’une stratégie RP bloggers si ce n’est en acceptant de les laisser monter en puissance – au delà des likes, partages et autres pages vues ? Trop souvent, forte est la tentation de couper les vannes car le ROI se fait attendre. Mais peut-être la Marque n’a-t-elle pas assez donné ? Peut-être n’a-t-elle pas assez écouté ? Peut-être n’a-t-elle pas trouvé le ton juste ? Alors que dans ‘l’ancien monde’ il était admis qu’un point de baromètre image pouvait mettre des mois à bouger, à l’ère du digital on voudrait que tout délivre du rendement, tout de suite.$ $ $

Apprenons donc à observer, planifier, prévoir, déployer… et à laisser le temps au temps de bonifier nos actions pour en extraire le meilleur ROI.

Et vous qu’en pensez vous ? D’accord, pas d’accord ? Des témoignages à partager? Comme toujours le débat est ouvert et c’est là dessous que ça se passe.

Advertisements

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Un commentaire ? C'est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s